jeudi 3 février 2011

Questions-Réponses sur le Khilafah



بسم الله الرحمن الرحيم

Vu les évenements récents en Egypte, Tunisie et dans le monde arabe, on a parlé beaucoup du Khilafah comme future système de gouvernance pour les musulmans. Mais qu'est-ce le Khilafah? inshAllah le questions-réponsés suivant est conçu pour répondre à cette question en une certaine profondeur.


Terminologie

Khilafah : Etat islamique
Khalifah : Chef de l'Etat islamique
Mudjtahid : savant musulman ayant atteint un niveau suffisant pour entreprendre des recherches légales
Qu'est-ce que le Khilafah ?
Qui peut être khalifah ?
Comment est choisi le khalifah ?
Quel est le rôle du khalifah ?
Quelle est la durée du mandat du Khalifah ?
Quelles sont les évènements qui conduisent à la destitution du Khalifah ?
Qui est apte à destituer le Khalifah ?


Le Khilafah est un sujet de la plus haute importance pour la Oumma à toutes époques et celle d'aujourd'hui en particulier. Or il est négligé par la plupart des musulmans. Ce malheureux état de fait vient de la grande méconnaissance d'une partie importante de l'Islam : l'application des préceptes d'ALLAH à l'échelle de l'Etat. Cette ignorance est délibérément entretenue par les ennemis de l'Islam qui ont utilisé tous les moyens pour combattre les prescriptions divines relatives à l'Etat islamique (désigné par Khilafah en arabe). Pour mesurer à quel point le combat contre l'Islam et son Etat a été et reste sans merci, il suffit de se remémorer par exemple les propos de Lord CURZON, qui disait suite à la chute du Khilafah en 1924 (date à laquelle Mustafa KEMAL déclara la naissance de la Turquie laïque) : " le point en question est que la Turquie a été détruite et ne se relèvera plus jamais, car nous avons détruit son pouvoir spirituel : le Khilafah et l'Islam ".
Parmi les armes utilisées pour combattre l'Islam, nous entendons ces mensonges sur le Khilafah présenté comme le pire système politique qu'ait connu l'humanité. En guise de modèle de substitution, les capitalistes revendiquent la démocratie présentée comme le système le plus abouti dans la gestion d'une société humaine. Le but de cet article n'est pas de démontrer que la démocratie est un régime imparfait, de Kufr (non islamique) et que la soutenir est haram (prohibé par ALLAH). Nous nous proposons ici de redéfinir, sous forme de questions-réponses, les grands principes islamiques qui régissent la fonction du Khalifah. Après cette présentation succincte, chacun comprendra aisément que rejeter la démocratie ne signifie pas vouloir l'injustice pour les peuples !

Qu'est-ce que le Khilafah ? (haut)

Ce terme vient du terme arabe khalafa qui veut dire succéder, remplacer. Le Khilafah (habituellement orthographié Califat) désigne le système politique révélé par ALLAH (SWT) au Prophète (PBSL). Il faut préciser que la succession se rapporte à la fonction de chef d'Etat et non à la prophétie. Le Khalifah (chef de l'Etat islamique) n'hérite donc pas de l'infaillibilité dans la transmission de la révélation qui caractérise les prophètes. Le Khalifah reste un être humain susceptible de se tromper et auquel les citoyens demandent des comptes. Il ne peut inventer des lois pour gérer les rapports humains. Cette particularité du système islamique se résume par l'une des règles fondamentales de l'Etat islamique : la souveraineté appartient à Allah seul ( au travers de sa Shari'ah). Le rôle du Khilafah est donc d'appliquer la Shari'ah islamique (la législation révélée par Allah), et de propager l'Islam au monde entier.

Qui peut être Khalifah ? (haut)

Les fuqahah (savants dans les lois pratiques particulières) dénombrent six conditions indispensable pour accéder à la fonction :
- Etre de sexe masculin,
- Etre musulman,
- Etre loyal,
- Etre libre,
- Etre majeur,
- Jouir de toutes ses facultés mentales.
Il existe des conditions de préférence (qui ne sont pas indispensables) que peut remplir le khalifah comme par exemple avoir atteint le niveau de mudjtahid.

Comment est choisi le khalifah ? (haut)

La fonction de khalifah est basée sur l'acceptation volontaire. Nul ne peut obliger une personne à accepter cette responsabilité, et nul ne peut être contraint par l'Etat, d'élire un candidat à cette fonction. Tout musulman majeur et en possession de ses facultés mentales, homme ou femme, a le droit de participer à l'élection du chef de l'Etat. Les non-musulmans ne jouissent pas de ce droit. L'accès à la plus haute charge de l'Etat est consacré après élection par la Bay'a (investiture) effectuée nécessairement par des musulmans représentatifs de l'ensemble de la Oumma (savants, partis islamiques, chefs de tribus...). Une fois investi, le chef de l'Etat continue à recevoir la Bay'a du reste de la Oumma. Cette Bay'a est un signe de reconnaissance et d'obéissance à laquelle l'ensemble de la Oumma adhère pleinement. Si un raidissement est constaté dans une partie de la Oumma après l'installation du nouveau Khalifah, l'Etat soumet les séparatistes, par la force si besoin. Nul ne peut être khalifah si cette charge ne lui a pas été conférée par les musulmans. Nul ne peut assumer les pouvoirs du chef de l'Etat si son accession ne s'est pas effectuée dans les formes décrites par la Shari'ah islamique, comme pour tout type de contrat en Islam. En cas de vacance du poste de khalifah, suite à un décès ou à une destitution, cette charge doit être confiée à un autre khalifah dans un délai de trois jours. Sa désignation s'effectue comme suit :
- Les membres musulmans du Conseil de la Oumma arrêtent la liste des candidats ; une fois cette liste arrêtée, il est demandé aux musulmans d'élire l'un d'entre eux. - Les résultats des élections sont proclamés,
- Les musulmans donnent alors la Bay'a (investiture) à celui-ci, le consacrant khalifah pour l'application du Coran et la Sunnah.
- Après la Bay'a, l'accession à la tête de l'Etat du nouveau khalifah est officiellement annoncée afin que la nouvelle parvienne à la Oumma toute entière. Le nom du Khalifah est mentionné ainsi que les qualités qui le rendent apte à assumer cette charge.
C'est la Oumma qui désigne le chef de l'Etat, mais elle n'a pas le pouvoir direct de le destituer. (cf supra)

Quel est le rôle du khalifah ? (haut)

Le chef de l'état représente la Oumma dans l'exercice du pouvoir et l'application des lois. Il dispose de tous les pouvoirs de l'Etat et du gouvernement qui sont les suivants :
- Adopter les lois (en accord avec le Coran et la Sunna) et rendre leur application obligatoire,
- Diriger la politique intérieure et extérieure de l'Etat, diriger les armées , déclarer la guerre, signer la paix , les trêves ou autres traités,
- Recevoir les ambassadeurs étrangers ou les révoquer, nommer ou rappeler les ambassadeurs de l'Etat islamique,
- Nommer ou révoquer les adjoints et les gouverneurs qui doivent rendre compte au chef de l'Etat et au Conseil de la Oumma de l'exercice de leurs fonctions,
- Nommer ou révoquer le juge des juges, les directeurs de services, les responsables de l'armée et les généraux, qui doivent tous rendre compte de leur charge au khalifah et non au Conseil de la Oumma,
- Adopter des lois islamiques concernant le budget de l'Etat et décider des répartitions du budget entre les différents secteurs.
Le khalifah adopte les lois et est lui-même tenu de les appliquer. Le khalifah ne peut en aucun cas adopter des lois qui ne découlent pas de l'Islam par un Idjtihad (recherche approfondie). Il ne peut pas non plus adopter une loi déduite par une méthode autre que celle qu'il s'est fixée (méthode de usol fiqh), ou donner un ordre contraire à une loi adoptée. Le khalifah dispose des pleins pouvoirs pour traiter les problèmes de la Oumma suivant son discernement. Il peut prendre toutes les dispositions, dans le domaine du licite, nécessaires pour faciliter l'administration de l'Etat. Il ne peut cependant pas enfreindre une loi en vigueur au nom de l'intérêt. Il ne peut, par exemple, limiter le nombre d'enfants à un par famille en prétextant le manque de nourriture. Il n'a pas le droit de permettre l'illicite et d'interdire le licite.

Quelle est la durée du mandat du Khalifah ? (haut)

Le mandat du chef de l'Etat est illimité dans le temps. Il se poursuit tant que le khalifah est apte à gouverner, qu'il respecte la Shari'ah et en applique les prescriptions. S'il n'assume plus sa mission, il doit être immédiatement destitué.
Quelles sont les évènements qui conduisent à la destitution du Khalifah ? (haut)
Les circonstances qui peuvent mettre fin au mandat au chef de l'Etat sont les suivantes :
- La perte d'une des conditions indispensables à la Bay'a, par exemple s'il abjure l'Islam, s'il se rend coupable d'un acte illégal en présence de témoins, s'il perd ses facultés mentales, ainsi que tout autre acte ou état qui lui fait perdre une des six conditions indispensables à la charge de khalifah.
- S'il devient incapable d'assumer la charge de chef d'Etat pour une raison au pour une autre.
- L'impuissance à gérer les affaires des musulmans suivant son discernement propre et personnel en observant la Loi ; s'il est dominé par un ennemi de sorte qu'il perde cette capacité, il est considéré comme inapte à assumer la direction de l'Etat, et est alors destitué. Cela peut arriver dans deux cas :
- Un ou plusieurs individus de son entourage l'accaparent et prennent la direction des affaires. Si la délivrance de leur emprise est espérée, il est averti et un délai lui est accordé. Passé ce délai, s'il n'est toujours pas libre de ses actes, il est destitué. Si sa délivrance est improbable, il est destitué sur le champ.
- S'il devient prisonnier d'un ennemi, soit au sens propre, soit parce qu'il est sous une influence étrangère. Là aussi, si sa libération est probable, un délai est consenti, sinon il est destitué.

Qui est apte à destituer le Khalifah ? (haut)

Seule la Cour Suprême (mahkamat al-madhâlim) est habilitée à décider si les circonstances nouvelles survenues dans la situation du chef de l'Etat le rendent ou non inapte à exercer sa charge, et elle seule est habilitée à le destituer ou à l'avertir. Comme nous venons de le voir brièvement, le Khilafah n'est nullement une dictature déguisée, ou une démocratie dans laquelle les représentants de l'Etat poursuivent leurs objectifs personnels. Mais c'est un système idéal, car émanant du seigneurs des mondes (SWT) et sur lequel l'emprise du temps est sans effet.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer un commentaire